Cet endroit est un refuge pour âmes et corps perdus. Le H/Y/Y est autorisé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashley Katragon
La Main Parfumée de la Mort

avatar
Messages : 9

Feuille de personnage
Relations:
MessageSujet: La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]   Mar 8 Sep - 23:11

▬ ASHLEY KATRAGON
PHRASE PERSONNALISÉE
PRÉNOM • Ashley
   NOM • Katragon
   SEXE • Féminin
   ÂGE • 248 ans
   SURNOM • Ash ou Kat.
   POUVOIR • Il s’agit là d’un pouvoir bien particulier, puisqu’il est quasi permanent. Elle peut cependant l’amplifier au prix d’une déshydratation, lui demandant de boire afin de récupérer.
Ce pouvoir se traduit sous la forme de phéromones. Ces phéromones, invisibles, sont respirés par les personnes entourant Ashley, leur procurant une sensation de bien être, voire d’attirance. Ashley peut jouer avec ce pouvoir, en l’amplifiant, devenant alors un véritable aimant. Toute personne prise dans ce filet invisible se verra désirer la jeune fille, pour peu que la personne soit intéressée par les femmes, sinon elle éprouvera un fort sentiment de sympathie  pour Ashley.
Lorsque la démone est furieuse, le pouvoir est à sa puissance maximale. La victime du pouvoir se voit alors envoûtée par l’odeur dégagée, et se jette tout simplement dans ses bras. Ashley peut alors laisser aller son courroux, soit en mordant la personne, soit en lui demandant directement de se mutiler. Dès que l’adrénaline retombe, elle s’écroule d’épuisement, et dois boire immédiatement pour ne pas rester faible trop longtemps.


   GROUPE(en fonction de ta race) • Créature Obscure
   RACE • Démone
   PERSO SUR L'AVATAR • Dead Master
 
DESCRIPTION PHYSIQUE ET PSYCHOLOGIQUE

Ashley est d’une beauté troublante. Si au premier abord on serait tenté de l’aborder, on comprendra vite qu’il ne vaut mieux pas l’importuner. Malgré le parfum subtil et fruité qui se dégage d’elle, une aura froide et malsaine l’entoure.

Elle a pourtant beau visage, sans aucune imperfection, un visage fait pour séduire. Une peau de lait, des lèvres rosées, très légèrement pulpeuses, de grands yeux émeraudes, un visage d’ange encadré par une chevelure ébène. Ces cheveux qui à la racine sont lisses, et qui, à partir des épaules, enchainent les courbes dans une danse sensuelle, cascadent jusqu’à sa nuque. Une frange épaisse cache son front ainsi qu’un tatouage qui n’est en réalité qu’une suite de numéros mystérieux : 08 00 11 01 27. Elle n’en révèlera jamais la source ni la signification.

Elle possède une silhouette charmante, faisant de chaque mouvement une danse. Elle semble flotter lorsqu’elle se déplace. Ses membres sont fins, mais ses formes présentes et généreuses. On ne le voit pas spécialement lorsqu’elle est vêtue, mais sa poitrine est barrée d’une cicatrice fine et rouge, brillante comme si le sang s’en écoulait encore.

Elle reste plutôt sobre vestimentairement, préférant les tons sombres, proches du noir. Elle porte généralement une robe moulante au décolleté prononcé, accompagné d’un leggin de la même couleur. Elle s’autorise de temps en temps à sortir simplement en robe. La plupart du temps, elle marche pieds nus, mais lorsque la situation oblige, elle porte des ballerines, et parfois des talons.

Une femme normale me direz vous ? Il n’en est rien, puisque la première chose que l’on remarque chez elle est son apparence atypique ponctuée par deux cornes recourbées prenant base sur le haut de son crâne, ses ailes dépourvues de plumes, ainsi que les crocs sortant de sa bouche. Ceux-ci sont accompagnés de glandes libérant une toxine au moment de la morsure pour stimuler les hormones de la victime. Et ce n’est rien comparé à l’énorme faucille qu’elle transporte, le manche appuyé sur son épaule. Cette arme ne peux être soulevée que par elle, étant liée directement à son âme.
Fort heureusement, les humains ne pouvaient pas voir ce genre d’attributs.


Ashley est une personne qui préfèrera la solitude au contact. Elle n’a aucun véritable ami, et ne tient pas à avoir une personne à qui se rattacher. « Les amis sont un point faible supplémentaire. N’aime personne, et personne ne te manquera. » pense t-elle.

Elle joue la prudence, afin de ne jamais à faire de choix douloureux. Et jusqu’à maintenant, sa philosophie lui ravie. Elle semble être une jeune femme timide mais il n’en est rien.

Derrière ce masque se cache une croqueuse, une collectionneuse d’hommes et de femmes, mais pas au sens utilisé généralement par les humains. Elle est une croqueuse au sens propre. Son don si particulier l’aide à attirer sa proie dans ses bras avant de planter ses crocs dans sa peau. La cible ne se débattra pas, puisque la toxine fera s’abandonner sa victime à ses bras. Ashley pourra alors boire un peu de sang dont elle raffole comme les humains raffolent du vin, accompagnant parfois la boisson au rapport charnel.

En dehors de ses périodes de chasse, elle se montre plutôt agréable, sans se faire aguicheuse. Pourtant, son pouvoir faisant sans cesse effet, il se peut que certaines personnes deviennent un peu trop ambitieuses, la concernant, ce qu’il la rend de mauvais poil. Elle deviendra alors froide, ne supportant pas qu’on la courtise sans qu’elle en ait envie. La souffrance de l’individu sera proportionnelle à l’offense, et elle se sentira particulièrement sadique au moment du choix de la punition.

Lorsqu’elle fait fasse à un adversaire, un rival, ou quelqu’un qui la provoquerait, elle sera arrogante et assurée afin de ne pas montrer ses faiblesses à l’ennemi. Provoquante, elle jouera à énerver la personne en face de façon plus ou moins subtile, allant heurter un point sensible connu, ou en insultant la maman tout simplement, tous les moyens étant bons pour énerver ~

Curieuse de nature, elle ne se lassera jamais d’apprendre de nouvelles choses, en lisant entre autre les livres qui lui passent sous la main. Attention à ne pas la déranger lors d’une lecture, sa patience est très limitée. D’ailleurs elle ne supportera pas ne pas résoudre un problème immédiatement. Elle aime quand la réponse est instantanée.

Même si elle semble menaçante, elle reste une personne d’une gentillesse surprenante, tant qu’on ne l’importune pas et qu’elle ne travaille pas. Elle vous aidera même volontiers si vous êtes dans le besoin.




 
VOTRE HISTOIRE


- Alors ?

J’attendais la réponse de l’homme qui me faisait face, assis dans son fauteuil. Il semblait hésiter, n’osant me regarder dans les yeux. Je restais assurément postée sur mes appuis, le toisant de mon regard malachite, caressant de deux doigts toute la longueur de ma lame. Un petit sourire trônait sur mon visage, alors que je m’amusais de voir l’homme tiraillé.

- C’est cher… Il n’y a vraiment pas moyen de réduire le prix ?

Je secouais la tête, lassée d’entendre toujours la même chose. D’un coup sec je plantais ma faux dans le carrelage de mon client qui voulu réagir en se levant, mais n’en eu pas le temps. J’appuyai mes mains sur les accoudoirs et baissai la tête pour être au plus proche de lui, montrant les crocs, menaçante.

- Si vous n’avez pas de quoi payer, je m’arrangerai pour ne pas être venue pour rien. Soit j’obtiens l’argent pour la tâche effectuée, soit je dévore une âme supplémentaire.

L’homme sembla choqué de ma menace, et à juste titre. Il hocha la tête rapidement et essaya de se lever. Je le laissai faire en m’écartant. Il se dirigea à l’autre bout de la pièce et s’apprêta à ouvrir un tiroir. Je fis un bon en arrière et récupérai mon arme que je fis tournoyer rapidement devant moi. Un bruit de métal frappé se fit entendre. L’homme me regardait impuissant, le revolver pointé sur moi. Vive comme l’éclair, je me retrouvais près de lui, et lui encastrai la pointe de ma lame dans le cœur. Avant qu’il s’effondre, je lui murmurai :

- Tu avais le choix entre la raison et la folie. Mauvais choix, adieu.

D’un coup sec je retirai la faux de la poitrine de l’homme, regardant un temps le flot de sang couler. Finalement j’observai la sphère bleutée plantée au bout de l’arme avant de la porter à mes lèvres et de la dévorer. Je pris le temps de savourer mon repas, et lorsque j’eus fini, je remarquai la liasse de billets dans le tiroir ouvert. Je m’en emparais avant de partir en enjambant le cadavre. Ce type était si radin qu’il m’avait demandé de tuer sa femme qui était dépensière… Au final, être si prêt de son argent aura causé sa perte.




Mes jambes se balançaient doucement d’avant en arrière, tandis que je fixai l’eau. Je commençai à trouver mon travail ennuyeux, c’était toujours la même chose. Le client refusait de payer et je me retrouver avec une âme supplémentaire. Mais les âmes ne payaient pas la vraie nourriture… J’allais devoir trouver autre chose rapidement à faire, même si je ne savais pas trop quoi faire en dehors du meurtre.

Je sortis mes pieds de l’eau pour les laisser sécher. L’automne approchait, l’air se faisait plus frais. J’enfilais mes ballerines, et me levai pour marcher en direction de la petite maison dont je squattais la cave. L’obscurité me plaisait un peu plus étrangement, et les sous sols étaient encore les meilleurs. Mais ma présence ne plaisait pas à grand monde. Je n’étais qu’un monstre aux yeux des humains, et à l’évidence, ceux qui m’attendaient à l’entrée de la cave ne me voulaient pas du bien. C’était étrange, à chaque fois que je me faisais chasser d’un endroit, ils sortaient les torches et les fourches… bordel on est en 2015, vous n’avez pas de vraies armes plutôt que ces insignifiants objets ? On se croirait au Moyen Âge. Huhu ça me rappelle des souvenirs.

Ce n’était pas la première fois que je me retrouvai sans endroit à habiter. Il me suffirai de charmer un autre humain, et le cycle reprendra. Les gens seront d’abord curieux de me voir, puis effrayés, et enfin haineux, ne cherchant plus qu’à me chasser. Ils ne sont pas éternellement stupides, mais tout ce qui échappe à leur intelligence les effraie, et doit être chassé. Ils préfèrent vivre dans une habitude, c’est leur choix.

Je tournai donc les talons, n’ayant pas spécialement envie de massacrer de l’humain ce jour là. En dehors de mon travail, je ne tuais pas. Ou seulement pour me défendre. Tuer pour tuer… Non, je ne pouvais pas. D’ailleurs, en y pensant, un corbeau s’approchait de moi avant de se poser sur mon bras tendu pour l’accueillir. Je caressais doucement son plumage avant de saisir le rouleau attaché à sa patte. Un petit sourire illumina mon visage lorsque je lus le mot « Contrat » en haut de la page. Je m’assis sur une souche pour en lire le contenu.

Ma Demoiselle,

On m’a plus d’une fois parlé de votre manière subtile de régler un problème. Il se trouve que j’avais justement besoin de ce talent particulier que vous possédez. Je connais votre nature, et n’ayez nulle crainte quant au traitement qui vous sera proposé. Sachez que nul mal ne vous sera fait, et je vous paierai rubis sur l’ongle la proportion de vos services.
Comme vous devez vous en douter, je souhaite me débarrasser d’une personne gênante, sans que les soupçons soient portés sur moi. Mais tout d’abord, je souhaite établir une relation de confiance, être bien certain que vous êtes la personne don me parlent mes amis.
Aussi, je vous invite à passer à ma demeure en suivant mon corbeau. Ne vous fiez pas aux apparences, c’est une demeure volontairement vétuste.
En espérant vous retrouver au plus vite ma chère, veuillez en attendant d’un paiement plus sérieux, accepter ce cadeau de ma part.

Votre futur client préféré.


Je regardai l’oiseau qui portait autour du coup un magnifique bijou. Je penchai la tête sur le côté, me demandant ce qu’il allait bien pouvoir me demander, puisque j’avais deux talents. Il n’avait pas précisé lequel je devrais utiliser. J’avais bien compris qu’il fallait me débarrasser de quelqu’un, mais de quelle façon ?
Je supposai que je le découvrirai bien assez tôt. Le corbeau compris que j’étais disposée à le suivre, et s’envola. Je pris le temps de le suivre jusqu’à une maisonnette, plutôt coquette bien que vieille. C’était un charmant endroit. Un homme se tenait devant la porte et attrapa son oiseau. Il s’adressa à moi.

- Je n’habite pas ici, c’est simplement en endroit où… parler en privé. En tout cas merci d’être venu.

Je plantai ma faucille dans le sol et appuyai mon dos contre le manche, attendant qu’il m’en explique davantage sur ce qu’il voulait de moi. Je l’observai, c’était un homme plutôt jeune, assez imposant, et surtout très mystérieux. Il n’avait clairement pas peur de ce que j’étais, il me défiait même du regard. Ça me plaisait. Finalement il s’approcha de moi, et saisit ma main pour la porter à ses lèvres, un gentleman sans nul doute. Je retirai ma main de la sienne pour croiser les bras.

- Votre beauté démoniaque n’était donc pas une légende. J’espère qu’il en va de même de vos compétences. Je cherche quelqu’un pour tuer un concurrent. Voilà, je travaille dans le bijou, et un impudent à ouvert sa boutique en face de la mienne. Il s’amuse à présenter les mêmes articles que moi, mais moins cher. Il doit mourir.

Je l’interrompis en levant l’index en l’air.

- Le meurtre n’est pas la seule option si vous voulez simplement faire couler une entreprise. Il a une femme ce monsieur ?

- Que… oui, et des enfants, mais ça n’a rien à…

- Plus maintenant. Il a perdu tout ce qui lui ait cher au moment même où je l’ai décidé.

Il réfléchit un temps tout en me regardant de haut en bas. Je devinai parfaitement qu’il doutait de ma capacité à séduire. Il était vrai que je pourrais être attirante pour eux… si je n’avais pas tout mes aspects démoniaques. Je laissais aller mes phéromones, forçant un peu sur la dose, sans quitter l’homme des yeux. Il déglutit alors que son regard épousait mes courbes ainsi que la peau de mon cou. Je souris lorsqu’il s’approcha pour me prendre par la taille. Très vite il vint chercher ma peau de ses lèvres, l’effleurant, caressant, embrassant. J’arrêtai de forcer sur ma magie, et il s’écarta de moi en haletant. Je levai un sourcil.

- Convaincu ?

Il prit un temps pour souffler et réprimer son désir. Je lisais dans son regard qu’il ne voulait rien arrêter, mais qu’il le devait. Finalement il hocha la tête, se rendant compte que j’étais bien plus puissante que ce qu’il pouvait imaginer. Je repris ma position affalée sur ma faux pour discuter sérieusement.

- Je ne souhaite pas m’encombrer de bibelots. Je veux être payée en argent.

Le client acquiesça en me promettant de payer, et étrangement, je sentais qu’il ne se défilerai pas comme les autres. Même s’il semblait effrayé, il avait quand même ce charisme si particulier qui m’intriguait.
Je lui tournai finalement le dos en récupérant mon arme en lui assurant que tous ces soucis seraient envolés, et sans une seule goutte de sang versée. Et ce serait un jeu d’enfant. Je me rendis donc dans le magasin de ce bijoutier qui dérangeait tant.

L’échoppe était simple, et ne montrait pas vraiment de signes de richesse. Ce gars là avait du mal à s’en sortir il semblerait. Pas étonnant qu’il essaie de faire concurrence à mon client. J’entrai finalement, faisant tintinnabuler la clochette. J’aperçu rapidement le jeune homme venu m’accueillir, heureux de voir un client. Il resta derrière son comptoir en attendant mon choix. Je me plaçai devant une vitrine, dans le champs d’un ventilateur, et face à une caméra de sécurité. C’était presque trop facile.

Je laissais mes phéromones vaquer sans limites, se laissant porter par le souffle du ventilateur, jusqu’au marchand. Je fis mine de rien pour que la caméra ne film rien de compromettant à mon sujet. Je rentrai un peu plus dans mon personnage lorsque je vis une magnifique pierre. Mes yeux étincelaient devant une telle beauté. Mais je ne pus m’extasier plus longtemps sur la pierre, car on m’attrapa et on me colla contre la vitrine. Je me doutai qu’il s’agissait du marchand sous l’emprise de ma magie. Mais la violence avec laquelle il m’avait plaquée était surprenante. J’essayai de me retourner, mais sa force semblait décuplée… comme prévu, on arrête pas un homme en rûte, surtout si la personne voulant l’arrêter est une femme de… ma condition physique.

Finalement, ce fut lui qui me retourna pour commencer à laisser trainer sa langue d’humain sur ma peau. Je tentais de l’éloigner de moi, sans y arriver, alors qu’il me souillait de toute son humanité. Berk… J’affichais une mine de dégoût plus qu’évidente. Il devait avoir dans la quarantaine, et n’était pas le plus beau spécimen de son espèce.

J’inspirai autant que je pouvais avant de lâcher un cri d’horreur qui pourrait être entendu de n’importe qui se trouverait près de l’échoppe. Je hurlai un moment avant que finalement un homme en uniforme de police se décide à entrer pour voir ce qui se passait. Et comme prévu, il put constater qu’un homme s’attaquait à une jeune fille, à qui il avait déjà arraché quelques vêtements. Je stoppai ma magie et l’homme ne sembla pas comprendre ce qu’il faisait sur moi. J’avais fait couler des larmes sur mon visage ou ne transparaissait que la peur et l’horreur de la situation. Il était tellement simple de manipuler les humains, s’en était drôle.

Le marchand fut arrêté pour agression sexuelle. Le policier, comme preuve, confisqua la casette de l’enregistrement de la caméra, et me demanda de témoigner. A ce moment là je fondis en larme en hochant la tête. Je dus l’accompagner au poste de police, où le marchand fut confronté au dur regard de sa femme et de ses enfants. Je pris le temps de donner mon témoignage, mais insistai pour ne plus revivre cet instant en le décrivant. Les preuves étaient sur la cassette, et mon témoignage enregistré. Je pus ne pas me présenter lors du procès.

En tout cas, qu’il s’en sorte ou non, il venait de perdre l’amour de sa femme, de ses enfants, et son travail, car je doute qu’il puisse rouvrir une échoppe après un tel méfait. Fufufufu. Il me restait plus qu’à aller empocher l’argent, et cette histoire serait réglée.

Je retrouvais donc mon client là où il m’avait donné mon contrat. Je dus attendre plusieurs jours, bien au chaud dans la maisonnette. Finalement il arriva, et sans dire un mot, tendais la main vers lui. Il me souris et déposa une belle liasse de billets dans ma paume. Je ne pris pas la peine de compter, l’essentiel était que j’avais de l’argent, et d’après la couleur des billets, ce devait être une belle somme. Je saluai l’homme d’un signe de la main, et commençai à partir. Je devais être à quelques pas de la bâtisse, que je me retournai, constatant que mon ancien client me suivait. Il avait quelque chose à me demander selon moi. Je lui fis face.

- Je ne pense pas vous avoir assez remercié.

Je penchai la tête sur le côté, me demandant ce qu’il entendait par là. Je secouai la tête pour lui faire comprendre que je ne souhaitais rien d’autre, j’avais été satisfaite du paiement, et je ne tenais pas à me rappeler de cet homme qui me touchait. C’était déjà assez répugnant pour moi. Je lui tournai le dos pour continuer ma route. Où ça ? Je n’en avais pas la moindre idée. Là où quelqu’un accepterai de me loger dans l’obscurité. J’avançai de quelques mètres avant que je l’entende crier.

- Attention !!!

Je me retournai, et sentis une vive douleur me barrer la poitrine. Je tombai en arrière, les yeux écarquillés, fixant l’homme qui venait de me porter un coup au torse, de tout le tranchant de son épée. J’atterris sur le dos, le souffle coupé par le choc. Mes poings serrés tremblaient tant j’enrageai contre mon ancien client qui venait de me trahir.

- Ne m’en veux pas, petite démone. Mais j’estime que tu n’auras aucune utilité de mon argent. Je vais donc le reprendre. Oh et ce contrat aussi. Je ne voudrais pas que tu me dénonces.

J’essayai de me redresser, je voyais ma robe en lambeaux, et ma chair à vif. Mes lèvres tremblaient, et j’étais trop faible pour lui arracher la tête… Ou pour me sauver avec ma magie… Je ne pouvais que regarder, impuissante l’enflure qui s’en allait avec mon argent. Je bouillais, je n’avais qu’une envie, lui cracher au visage.

Il semblait partir, puis se retourna pour me regarder. Il pouvait sourire, s’il ne m’avait pas prise en traitre, je l’aurai massacré ! Dans son regard, je pus voir une lueur malsaine… la même que j’avais avant de tuer. Je me dis que c’était fini, qu’après presque 250 ans d’existence à essayai de me fondre dans la masse tout en ayant un job me fournissant des âmes, je mourrai tuée par un humain.. Arf..
Enfin… Mourir aurait été probablement plus agréable que la sentence qu’il m’infligeait.. J’avais oubliée que j’étais en présence d’un homme, et lorsque je compris qu’il ne comptait pas me tuer mais m’humilier, mes forces m’abandonnèrent complètement, et je plongeai dans un long sommeil, tourmenté par les assauts de l’homme.


Je toussai, respirant avec difficulté. J’ouvrai doucement un œil, puis l’autre. J’avais une horrible envie de dégorger. Je sentais le soleil me brûler les yeux. Chiottes… Je détestais la lumière… En tout cas, à mon soulagement, on me cacha vite la lumière. Une jeune femme…

- Ah ! Enfin tu te réveilles ! Bienvenue dans ton nouveau chez toi !

- Mon…


Je regardai autour de moi, j’étais dans une sorte d’infirmerie… Cet endroit était vraiment trop lumineux à mon goût, je plissai les yeux pour y voir à peu près clair. Mon nouveau chez moi… Jamais de la vie, je retournerai dans une cave s’il le faut, mais je ne vivrai pas dans cet endroit… Quelle horreur…

- Bienvenue à Hinan Shigiku Ashley.

Wut ? D’où elle connait mon nom ? Je ne l’avais jamais… Raah trop fatiguée.. Dodo.. Je réfléchirai plus tard. Allons bon j’allais devoir passer quelques temps ici.. La dernière chose que je me dis avant de me rendormir, était qu’à mon réveil, je devrais manger un bout, et en apprendre un peu plus sur cet endroit.



 
PHRASE PERSONNALISÉE
PRÉNOM • Simone //PAF// Viviane
   SEXE • Devine 'ˆ'
   ÂGE • 22 ans
   TAILLE DE TA MAIN (je suis drôle) • Assez grande pour faire le tour de ton cou 'ˆ'

   DOUBLE-COMPTE • Nope
   VOTRE PRÉSENCE SUR LE FORUM • Comme me le permettra les cours
   COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • J'étais sur l'ancien 'ˆ'

   CODE DU RÈGLEMENT •
   AUTRE • votre réponse ici
   
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]   Mer 9 Sep - 17:42

...


Dernière édition par Kuroi Ame le Lun 16 Jan - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ashley Katragon
La Main Parfumée de la Mort

avatar
Messages : 9

Feuille de personnage
Relations:
MessageSujet: Re: La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]   Mer 9 Sep - 23:34

Yay merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Reii
.
.

avatar
Messages : 47
Âge du personnage : 22 ans
Groupe du personnage : Enfants de la Lune
Race du personnage : Esprit
Nationalité du Personnage : Japonaise
Orientation Sexuelle : Bisexuelle

Feuille de personnage
Relations:
MessageSujet: Re: La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]   Sam 12 Sep - 10:01

Bienvenue Very Happy En effet ta présentation semble bien Smile

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hinan-shigiku-v2.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Main Parfumée de la Mort - Ashley Katragon [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rate qui mord, sans raisons??
» Perruche qui me mort le doigt
» "Le chien n'a que sa gueule pour vous serrez la main".
» Un homme de 25 ans a étranglé son chien à mort
» comment passer du vivant au mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hinan Shigiku V2 :: Personnages :: >>Présentations :: >>Présentations validées-
Partenaires
logo